Logo de ce site Logo de ce site

Accueil > Médiathèque > Chants > É trouà tâ (Il est trop tard)

É trouà tâ (Il est trop tard)

jeudi 22 décembre 2011


Pindin que yo drûmîyo, pindin que yo chondjéo
Éj aoûle an veryà, é djyà trouà tâ
Y a ontin qu’îro crouè, é po é djyà deman
Pâche pâche i tin, no n’in pâ méi po fran ontin

Pindin qu’îro avouë te, pindin que t’îre à me,
N’in oublâ de anmâ, é djyà trouà tâ
T’îre portan prœu bêa, chéi choë ën po yë
Pâche pâche i tin, no n’in pâ méi po fran ontin

Dû tin que yo tsantâo, hla bêa ibertâ
D’âtro an t’a manetâye, é djyà trouà tâ
Éj oun che chon batû, yo éi jamey chûpû
Pâche pâche i tin, no n’in pâ méi po fran ontin

Portan vîvo troon, portan ànmo tchuî é dzo
M’arûe chamînte de tsantâ, po pâ oublâ
Po o crouè qu’éi itâ, po o crouè qu’éi fé
Pâche pâche i tin, no n’in pâ méi po fran ontin


Pindin que yo tsantâo, pindin que t’îre à me
Pindin que yo chondyéo, îre ouncô bien prœu tin


Pendant que je dormais, pendant que je rêvais
Les aiguilles ont tourné, il est trop tard
Mon enfance est si loin, il est déjà demain
Passe, passe le temps, il n’y en plus pour très longtemps

Pendant que je t’aimais, pendant que je t’avais
L’amour s’en est allé, il est trop tard
Tu étais si jolie, je suis seul dans mon lit
Passe, passe le temps, il n’y en plus pour très longtemps

Pendant que je chantais, -ma chère liberté
D’autres l’ont enchaînée, il est trop tard
Certains se sont battus, moi je n’ai jamais su
Passe, passe le temps, il n’y en plus pour très longtemps

Pourtant je vis toujours, pourtant je fais l’amour
M’arrive même de chanter, sur ma guitare
Pour l’enfant que j’étais, pour l’enfant que j’ai fait
Passe, passe le temps, il n’y en plus pour très longtemps

Pendant que je chantais, pendant que je t’aimais
Pendant que je rêvais, il était encore temps

Traduction adaptée en patois :
Maurice Michelet
Georges Moustaki




Sylvie Bourban en concert. Haute-Nendaz, le 22 avril 2011